La bienveillance

La bienveillance

La bienveillance, la douceur, deux notions qui reviennent souvent lors de mes coaching, tant elles sont inexistantes. Les femmes sont très souvent dures avec elles-mêmes, très exigeantes. Elles manquent beaucoup de douceurs quand il s’agit d’elles-mêmes, de ce qu’elles sont en tant que personne, et du corps qu’elles ont.

Les normes qu’elles s’imposent sont extrêmement élevées, la barre est placée haute, très haute. Chaque jour, elles se réveillent et elles font: le ménage, les courses, s’occuper des enfants… Il s’agit de [faire] parce que c’est le schéma qu’on nous a appris. Si on veut être une bonne mère, une bonne épouse, une bonne employée/dirigeante, il faut [faire] encore et encore pour exceller dans tous ces domaines.

A force de penser à [faire], on se créé une charge mentale. La liste de tous ces trucs que l’on doit faire en tant que mère, femme, employé/dirigeante, c’est ça la charge mentale. On vit dans ce rythme infernal avec ce poids sur les épaules et on est très souvent tendues par toutes ces casquettes et responsabilités que l’on doit porter.

Et si maintenant, on apprenait simplement à [être] plutôt qu’à [faire]?
[Etre] soi-même.
[Etre] libre.
[Etre] présente.
[Etre] centrée.
[Etre] en admiration devant quelque chose.
[Etre] en amour devant ce corps qui nous a été donné.
[Etre] en joie face aux événements de la vie.
[Etre] dans la bienveillance avec soi.

Je vois beaucoup de femmes « violentes » avec elles-mêmes dans leurs propos, lors de mes coaching. Surtout concernant leur corps. Bien souvent, elles ne l’aime pas et se trouvent -lui trouve- beaucoup de défauts.

Et si, c’était le bon moment pour s’accepter pleinement? pour travailler à s’aimer un peu plus chaque jour?

Et si, cette fois, on se focalisait sur les bonnes choses plutôt que sur les mauvaises?

Et si, on décidait aujourd’hui, là, maintenant, tout de suite, d’être gentille avec son corps et d’arrêter les vilains mots?

Considérer son corps comme un sanctuaire, comme quelque chose de sacré, c’est s’accorder de l’importance. Etre bienveillant avec soi-même et son corps, apprendre à s’aimer, trouver du temps pour soi, c’est aussi s’accorder de l’importance et donc savoir reconnaître sa valeur. Oser montrer qui on est et s’affirmer. Trouver sa place, sa juste place dans ce monde. Et puis, après ça, tout roule autour de soi, dans sa vie! Si si! Je vous assure! Le bonheur est d’abord en nous avant de se propager à l’extérieur.

Alors accordez-vous de l’importance, de la valeur et le monde vous en accordera.

C’est suite à ces nombreuses constatations que j’ai créé le programme L’, pour aider chaque femme à trouver du temps pour soi, pour aider chaque femme à [être] plutôt qu’à [faire]. Il ne s’agit pas d’arrêter de [faire] mais de passer un peu plus de temps, chaque jour, à [être] pour trouver le juste équilibre.
 
 
Lumineuse journée!

Anaïs